Focus sur...

Italie
En Ville

Chapelle Sixtine

Autant le dire tout de suite. Visiter la Chapelle Sixtine a été pour nous une expérience désagréable et frustrante. Parce qu’ici, on est trop vite ramené à notre rang de touriste de masse, nous n’avons pas su capter l’aura du lieu ni la majesté des œuvres de Michel-Ange. Au plafond pourtant défile, divine, la plus célèbre des bandes dessinées sur le génie de la Création.

Mais comment en profiter dans une salle plus bondée que si un concert des Beatles devait y avoir lieu ?

Les groupes s’agglutinent dans le moindre recoin pour écouter leur guide hurler ses explications. D’autres téléphonent, ou discutent Nail Art assis sur un banc. Il n’y a pas cette retenue qui sied lorsqu’on rentre dans une église. Retirer son chapeau. Marcher doucement. Capter en silence la majesté d’un lieu. Ici, manifestement, tout le monde s’en fout. Ça pousse maladroitement pour rentrer, ça navigue à vue en appelant à travers la foule le fiston qui s’est perdu, ça parle tout haut de tout et de rien, surtout de rien… Une vague idée de l’enfer.
Il est vrai que ce jour-là, il fallait attendre 5 heures pour arpenter les couloirs du Vatican. Peut-être qu’en basse saison, l’ambiance est différente. Peut-être qu’alors le lieu reprend toute son ampleur. Il sera de toute façon bien difficile pour vous de résister à la tentation de la Chapelle Sixtine.
Partager