Récit du voyage - Etape 4

Etape précédente - Abisko, la Porte de Laponie

De la Suède à la Norvège

On voulait repartir en train, atteindre Narvik par le rail, suivre le fer jusqu’au bout du chemin. Le train est complet, on prendra le bus.
Nous sommes au bord de la route nationale dès 8h10, à la sortie du village d’Abisko. Un américain de Nashville attend aussi. Il fait un tour d’Europe des pays les moins chers depuis plusieurs mois, et le voilà donc en Suède, en route pour la Norvège, le pays le plus onéreux du monde. Nous montons dans le bus à 8h35 et quittons les vastes plateaux lapons pour le fond des fjords. La route-frontière est sublime, et Narvik nous accueille sous le soleil peu avant 10 heures.
Nous avons 5 heures à tuer dans une ville qui selon Le Routard ressemble à une punition, et pourtant, c’est une fort belle journée qui nous attend.
Nous visitons le passionnant Musée de la Guerre, qui narre avec réussite la célèbre bataille de Narvik. Tout à côté, le marché au poisson nous permet de déguster un délicieux Fish & Chips avant de partir à la conquête des sommets. La télécabine Narvikfjellet nous offre un formidable panorama sur le fjord et en contrebas le grand port industriel de la ville.

De Narvik à Kabelvvåg, des paysages éblouissants

A 15h30, nous reprenons le bus, cette fois pour 4h30 en direction de Kabelvåg. On s’inquiétait de ce trajet, le plus long jamais organisé avec Héloïse, mais quand on découvre le siège bébé intégré, c’est comme si on nous offrait le plus beau des cadeaux. Héloïse mangera, dormira, jouera, toujours bien calée dans son baquet Deluxe. Elle verra défiler les paysages splendides de Norvège, les maisons rouges au bord des fjords verdoyants, les vallées abruptes des îles Vesteralen, les ponts et les tunnels sous les pics acérés des Lofoten. Au bout de ce chemin exquis, nous descendons au village de Kabelvåg et retrouvons Kenneth qui nous accueille pour deux nuits dans sa guesthouse Kabelvag Overnatting.
Je fais quelques courses au Coop local ouvert de 7 heures à 23 heures, histoire de ne pas dormir le ventre vide. La ville endormie a laissé le champ libre aux courses de rues, mais dans ce village au Nord du monde, les bolides sont des mouettes.

Première journée dans les îles Lofoten

On le sait par expérience, la météo en Norvège est toujours imprévisible. La brume matinale qui bouche l’horizon à 150 mètres d’altitude va-t-elle se dissiper ? On l’espère fort pour notre premier jour de découverte des îles Lofoten.
Nous optons en tout cas pour une petite visite matinale dans le village de Henningsvaer, un port de pêche éclaté sur plusieurs îlots entre l’île d’Austvågøya et l’océan Atlantique. Avec ses maisons sur pilotis et ses séchoirs à morue (vides), il est typique des Lofoten. Son décor naturel aussi est caractéristique, mais la brume tenace nous empêche de distinguer les cimes. Aujourd’hui, c’est un petit port, rien de plus. On est un peu déçus.
De retour à Kabelvåg, on profite du cadre rustique du restaurant Praestengbrygga, puis du jardin de notre hôte. Le ciel s’est un peu découvert, alors on part randonner dans l’arrière-pays. Sur la carte, une série de lacs semble reliée par des sentiers. Les lacs sont bien là, mais les sentiers se perdent dans la gadoue. Nos pieds prennent l’eau et les nuages s’amoncellent à nouveau. Nous marchons au total 2h30 vers le plus grand lac par de jolis points de vue.
La fin de journée est plus calme dans la paisible bourgade de Kabelvåg.

Fin de la première partie

Etape suivante - À travers les Lofoten
Partager